Gagner des Bitcoins.

Le HackerSpace Vision du web.
La réponse collaborative.
Le glider des Hackers.
Un symbole de rassemblement.
QWERTY.
Du clavier au terminal.
GNU / Linux Debian.
La distribution universelle.
GNU / Linux Ubuntu.
Linux pour les êtres humains.
GNU / Linux Arch.
Un Linux léger et flexible.
Nom de code Linux.
Documentaire FR.
HackerSpace !
Messagerie entre membres connectés.

Vous n´êtes pas identifié(e).

Nous avons 114 invités et aucun membre en ligne

 

The Next School

L’ère du naturel et du surnaturel ...

Rédaction d'une Nouvelle dans le cadre du cours d'Ingénierie Éducative du master IME de l'Université de Poitiers.
 

 

Chapitre 4 - Robotisation et absence d'emploi

Jean
- La robotisation a changé complètement notre vie aussi.
Au 21ème siècle, nous bénéficions des connaissances technologiques que les générations précédentes nous ont léguées. Les robots sont si productifs qu’il ne faut plus guère travailler pour vivre. Chaque citoyen du monde ne travaille plus que cinq heures par semaine, pour vivre. Le mot "travail" n’existe plus, d’ailleurs. On parle de mission citoyenne.
Le reste du temps est consacré à des études libres.

Le paysage a été si bien aménagé, avec par exemple des arrosages automatiques, que le travail d’entretien est réduit au minimum, partout : dans les parcs publics, les jardins de fleurs et les jardins potagers privés.

Je viens de lire dans les mémoires de mon arrière-grand-père, que vers l’année 2000, la robotisation créait des soulèvements populaires, de réelles manifestations, lorsque les gens ont perdu leur emploi. Ces emplois ont été perdus au moment du début de la robotisation à outrance. Dans les industries, on a construit d’immenses halls dans lesquels seuls quatre techniciens et deux ingénieurs conduisaient les robots.
Mon arrière-grand-père écrivait avec émotion que les gens craignaient de perdre leur moyen de subsistance. Ils voyaient avec frayeur leur travail partir vers d’autres pays, comme la Chine, l’Inde, la Corée …
Les premières années furent difficiles, pleines de souffrances.

Puis les états retrouvèrent la raison. On institua la taxation des machines et on créa un revenu obligatoire par habitant.
On annula les inégalités dans le travail ; on partagea le travail entre tous. La robotisation fut si rapide que chaque citoyen du Monde a eu un emploi de cinq heures par semaines et un revenu très confortable, incompressible. Les richesses créées étaient devenues suffisamment importantes pour enlever la peur de manquer, à chaque personne.

La robotisation a fait qu’entre-temps les gens ont besoin de ne presque plus travailler. Ils ne s’occupent quasiment plus que de l’entretien de la planète. Et encore ! Les techniques ont tant évolué que les eaux se nettoient par elles-mêmes, grâce aux bactéries mises en place. Ce domaine aussi était expérimenté dès le début du XXème siècle, dans les bassins de rétention des eaux usées du Sud de la France : on y élevait même des poissons exotiques … dans des eaux usées ! …

Grâce à la mécanisation puis à la robotisation, on s’est rendu compte qu’il était devenu possible de créer un nouvel idéal, pour le Monde. Il n’était plus possible que certains pays continuent d’exploiter d’autres pays, riches mais dotés d’une population affamée … de plus en plus proche de l’explosion.
On a donc inventé une nouvelle ère, pleine de souffrance tout d’abord : celle de la mondialisation.
Après une première époque de chômage et de paupérisation des pays dits développés, on a appris à redistribuer les richesses : on a institué un revenu pour chacun. On a aussi créé le partage du travail : la robotisation a permis progressivement de ne travailler plus que cinq heures par semaine ! Ainsi, travail et richesses ont été distribués de manière plus juste.

Tous les peuples ont à présent  le même niveau de vie : c’est un niveau de vie appelé autrefois du ‘’très haut standing’’. Le rêve est devenu réalité : c’est merveilleux pour tous ! Hans Rosling l’a vu, au début du XXIème siècle déjà. Il annonçait des temps meilleurs, où l’équité entre les peuples existerait.
Hans Rosling, avec l’aide d’un outil formidable, "GapMinder", avait tenté d’anticiper l’avenir en observant mieux le passé. Il annonçait une vie meilleure pour tous, dans laquelle les richesses seraient réparties de manière juste, entre les hommes.

C’est ainsi qu’en un seul siècle, les choix de vie changèrent complètement. C’est la protection de la nature, l’éducation et la culture, qui eurent la haute priorité, dans les états.

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer un accès membre personnalisé et réaliser des statistiques de visites.

Vision du web sur votre réseau social

La plus parfaite éducation consiste à habituer le disciple à se passer de maître.
[Robert Sabatier]